En bref

  • Depuis le

    11 septembre 2019

  • Jusqu'au

    Octobre 2020

  • Institution / Interlocuteur

    OPECST

  • Résumé

    Etude sur la pollution plastique des océans

Détails

La pollution plastique des mers mobilise l’attention médiatique depuis la découverte des vastes zones d’accumulation de ces déchets au cœur de chacun des océans de la planète. Les images de tortues, de baleines ou d’oiseaux victimes de déchets plastiques flottant dans les mers ont renforcé cette prise de conscience. La pollution plastique résulte d’une explosion de leur production poussée par l’intérêt de leurs propriétés pour de nombreux secteurs économiques. Cette production galopante, conjuguée à une carence de la collecte, du tri et du recyclage se traduit, à l’échelle planétaire, par leur abandon dans la nature, au bord des routes ou dans les rues avant qu’ils ne rejoignent tôt ou tard les océans, leur réceptacle final.

Le Président de la Commission du développement durable au Sénat a saisi l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) sur ce sujet de la pollution plastique des océans dans l’objectif de réaliser une étude visant à :
– dresser un état des lieux des risques que fait peser cette pollution pour l’environnement et la santé humaine ;
– identifier les choix scientifiques et technologiques envisageables pour éliminer et recycler les déchets plastiques.

J’ai la chance d’avoir été désigné comme l’un des deux co-rapporteurs de cette étude avec ma collègue sénatrice Angèle Préville.

L’étude, lancée en septembre 2009, est conduite au moyen d’auditions organisées sous la forme de tables rondes thématiques réunissant les organisations non gouvernementales, les secteurs économiques utilisateurs de plastiques, les entreprises du recyclage, les plasturgistes et les producteurs de polymères. Des visites de terrain auprès des organismes de recherche complètent ces auditions afin d’interroger les scientifiques et les chercheurs. Ces déplacements visent également les collectivités territoriales des deux façades maritimes de la métropole (Atlantique et Méditerranée).

La pollution plastique est le plus souvent perçue au travers des déchets les plus visibles (sacs plastiques, bouteilles et filets de pêche par exemple). Elle relève cependant d’autres formes, moins perceptibles, avec la présence de micro et de nanoplastiques. L’étude ambitionne de considérer attentivement les différentes formes de la pollution plastique en précisant quels compartiments elles touchent, leurs origines, leurs conséquences sur la chaîne alimentaire et sur la santé humaine sans oublier les options technologiques de leur réduction.

Le rapport de fin d’étude est prévu à l’horizon de l’été 2020.

Visite à bord de la goélette de la fondation Tara Océan

Lien sur le site du Sénat : http://videos.senat.fr/video.1378698_5dcc46c4aa75e.[hors-les-murs]-mission-de-lopecst-sur-la-pollution-plastique–deplacement-a-bord-du-bateau-tara

Revue de presse

Philippe Bolo rapporteur d’une étude sur la pollution plastique, 8 juin 2019
RCF Anjou Interview sur RCF Anjou, 23 juillet 2019