En bref

  • Depuis le

    11 septembre 2019

  • Jusqu'au

    10 décembre 2020

  • Institution / Interlocuteur

    OPECST

  • Résumé

    Mission sur la pollution plastique

Détails

La pollution plastique des mers mobilise l’attention médiatique depuis la découverte des vastes zones d’accumulation de ces déchets au cœur de chacun des océans de la planète. Les images de tortues, de baleines ou d’oiseaux victimes de déchets plastiques flottants dans les mers ont renforcé cette prise de conscience.

La pollution résulte d’une production galopante de plastique conjuguée à des fuites dans l’environnement. Ces fuites peuvent se produire à toutes les étapes du cycle de vie des plastiques : pertes de granulés de polymères vierges lors de la production des objets, rejets dans la nature d’objets en plastique après leur utilisation. Dans l’environnement les plastiques subissent une oxydation qui provoque leur fragmentation. Sous l’effet des vents, des fleuves et des rivières, des courants marins, les déchets plastiques plus ou moins fragmentés vont être distribués à l’échelle planétaire avant de rejoindre, tôt ou tard, les océans.

Le Président de la Commission du développement durable au Sénat a saisi l’Office Parlementaire d’Evaluation des Choix Scientifiques et Technologiques (OPECST) sur ce sujet de la pollution plastique des océans dans l’objectif de réaliser une étude visant à :
– dresser un état des lieux des risques que fait peser cette pollution pour l’environnement et la santé humaine ;
– identifier les choix scientifiques et technologiques envisageables pour éliminer et recycler les déchets plastiques.

J’ai été désigné comme l’un des deux co-rapporteurs de cette étude avec Angèle Préville, Sénatrice du Lot.

Lancée en septembre 2019, la mission s’est concrétisée par 140 auditions qui ont permis d’écouter 459 personnes :

Souvent résumée à la présence de macro déchets (sacs plastiques, bouteilles et filets de pêche par exemple) sur les côtes et en mer la pollution plastique prend d’autres formes, moins visibles, avec la présence de micro et de nanoplastiques dans les sols, dans l’air et dans les eaux (continentales comme maritimes). L’étude considère attentivement les différentes formes de la pollution plastique en précisant leurs origines, leurs conséquences pour l’environnement et la santé humaine sans oublier les solutions pour y remédier.

Le rapport d’étude a été présenté le 10 décembre 2020 devant l’OPECST ; il a été adopté à la l’unanimité des membres présents (retrouvez le compte-rendu de la séance du 10 décembre 2020).

Rapport d’étude

Pollution plastique : une bombe à retardement?

Résumé de l’étude

Les idées clés de l’étude en dessin

Conférence de presse – 14 décembre 2020

À bord de la goélette Tara Océan

Déplacement dans les Pays de la Loire

Bilan à six mois de la mission

Revue de presse

RCF Anjou Interview sur RCF Anjou, le 17 décembre 2020
« Une bombe à retardement », 17 décembre 2020
 Interview sur France Info, le 15 décembre 2020
L’action commence localement, 25 septembre 2020
 Le plastique ça se recycle, 26 février 2020

RCF Anjou

 Interview sur RCF Anjou, 23 juillet 2019

Philippe Bolo rapporteur d’une étude sur la pollution plastique, 8 juin 2019