Notice: Array to string conversion in /home/philippeahi/www/wp-content/plugins/custom-sidebars/inc/class-custom-sidebars-replacer.php on line 213

Le premier club nature du département a 10 ans

Article provenant du média Ouest-France du 2 mai 2018

En 2006, des enfants venaient pour des activités découverte et bricolage, à la Maison des chasseurs de Bouchemaine, encadrés par des techniciens. Depuis, 31 clubs ont vu le jour.

L’idée a fait son chemin. S’en tenir à des activités encadrées par des salariés, et sur un seul site, s’est vite révélé trop onéreux. Et trop peu d’enfants pouvaient en profiter. Créer des clubs nature en dehors de la Maison des chasseurs, à Bouchemaine, s’est avéré un pari payant.

Angrie en sera la première commune bénéficiaire, en 2008. Le Pays segréen en compte une dizaine aujourd’hui. Le club a trouvé ses bases chez Michel Durchon, dans un environnement champêtre qu’est venu découvrir Philippe Bolo, le député de la circonscription, vendredi dernier.

Une dizaine de bénévoles étaient présents avec des enfants de CM1-CM2 de la commune. Michel Durchon a présenté l’ensemble des activités, et le fonctionnement du club nature. « Si, au départ, les chasseurs impliqués ont pu poser quelques réticences de la part de familles, les choses sont vite rentrées dans l’ordre », souligne-t-il.

Multiples activités
Car, il ne s’agit pas de faire des enfants des chasseurs. L’ensemble des activités s’oriente vers une meilleure connaissance de la nature, avec l’apprentissage de sa préservation. En Maine-et-Loire, les 31 clubs actuels accueillent environ 450 enfants, où 260 bénévoles, pour la grande majorité retraités, toujours aidés par un technicien de la fédération des chasseurs, donnent de leur temps lors des petites vacances scolaires, durant deux journées.

Cette visite était aussi l’occasion, pour Michel Durchon, de rappeler à l’élu que « si parfois, le paiement des pensions est considéré comme une charge, les retraités doivent être considérés comme une richesse ». Et l’objectif reste le même, à Angrie comme ailleurs, « l’envie de transmettre des connaissances autour de la nature, de partager un savoir-faire et d’être utiles aux enfants ».

D’une année à l’autre, les activités diffèrent : reconnaissance des empreintes d’animaux, connaissance des feuilles ou plantation d’arbres, fabrication de nichoirs, d’un anémomètre, d’une balance de Roberval, en passant par du dessin au fusain, fabrication de confitures… La liste est impressionnante. Et l’album photos, soigneusement alimenté par Jocelyne Dehaies, en témoigne.