Lundi 17 décembre 2018, à Segré, j’ai rencontré une trentaine de gilets jaunes. Ils étaient des actifs, des chômeurs, des jeunes, des étudiants, des retraités, des fonctionnaires, des syndicalistes, des personnes handicapées, des intérimaires, etc. Gilles Grimaud, Maire de la commune de Segré-en-Anjou-Bleu était également présent.

Chacune des personnes présentes a été invitée à prendre la parole. Chacun a pu s’exprimer librement et dire les raisons de sa présence et de son adhésion au mouvement des gilets jaunes. Ces prises de parole ont été l’occasion d’exprimer les difficultés du quotidien, les craintes et les espoirs, autant que de mesurer les attentes collectives dont celle, récurrente, d’une meilleure écoute de la part des élus.

J’ai écouté :
– l’expression d’un ras-le-bol sur la question d’une fiscalité qui détruit le pouvoir d’achat ;
– l’expression d’un ressenti de mépris de la part d’élus qui seraient déconnectés des réalités du quotidien.

Cette rencontre de près de 4 heures a été riche en échanges respectueux et constructifs. Les personnes présentes ont fait part de leurs difficultés, d’un manque de perspectives, et d’une accumulation de “petites choses” qui mises bout à bout, rendent la vie quotidienne difficile, voire impossible.

L’objectif de cette réunion n’était pas de proposer des solutions ni même de rappeler les mesures annoncées par le gouvernement. Il était d’écouter les attentes et les revendications des gilets jaunes présents.

Je retiens de cet échange les profondes difficultés de personnes qui aspirent à un renforcement de leur pouvoir d’achat, condition pour retrouver de l’espoir, reprendre en main leur destin, comme celui de leurs parents et de leurs enfants.

Lien vers la synthèse des échanges

Une seconde réunion s’est déroulée le 18 janvier 2019 (lien vers la synthèse des échanges).