En bref

  • Date

    9 février 2018

  • Institution / Interlocuteur

    Différents organismes de la filière cheval

  • Résumé

    Journée de rencontre avec les acteurs de la filière sur la circonscription

  • Commune

    Pouancé, Le Lion d'Angers

Détails

Accompagné d’Eric Touron (vice-président de la région Pays de la Loire en charge de la filière équine), j’ai rencontré différents acteurs de la filière équestre de la circonscription.

Plusieurs raisons ont motivé ces rencontres avec cette filière d’excellence qui représente un poids économique ne pouvant être négligé.  Elle représente notamment près de près de 1 000 emplois locaux, essentiellement situés en zones rurales. Ces emplois se répartissent sur les différentes spécialités du monde du cheval : la course (galop et trot), le sport et les loisirs, la sélection (haras du ion d’Angers), la formation, etc. Cette filière, plutôt discrète, mérite aussi une attention particulière, en en raison des passions qu’elle suscite.

La journée de rencontres s’est articulée autour de 4 visites :
– à Pouancé, au CERGO (centre d’entraînement du galop de l’Ouest) ; l’un des meilleurs sites d’entraînement de France pour le galop. Un centre qui génère près de 180 emplois ;
– à Pouancé encore, à la Maison Familiale Rurale (MFR) hippique qui forme aux métiers du cheval 160 élèves de la 5ème au baccalauréat professionnel. Cette rencontre a été l’occasion de discuter avec deux élèves qui ont évoqué leurs motivations, leurs parcours et leurs projets d’avenirs, ambitieux et solidement établis ;
– au Lion d’Angers, aux haras du Lion (anciens haras nationaux), sur le site de l’Isle-Briand, qui hébergent des chevaux de course;
– au Lion d’Angers toujours, avec les représentants du comité régional d’équitation des Pays de la Loire, afin de faire un état des lieux des activités sportives et de loisirs associés à la filière.

Au terme de ces rendez-vous, je retiens deux constats :
– l’ensemble des acteurs rencontrés nous ont parlé de l’impact négatif du passage à 20% de la TVA appliquée au secteur. De nombreux centres équestres connaissent depuis des difficultés financières. Suite à une décision européenne, la France pourra décider à moyenne échéance de révision le taux de TVA. Un passage à 10% représenterait un important effet de booster pour la filière ;
– alors que la filière peut apparaître confidentielle, la formation fait le plein de candidats. Le potentiel d’emplois dans le domaine est important avec de nombreux postes à pourvoir ;
– la filière confère au territoire une forte attractivité.

 

Revue de presse

 La région monte sur ses grands chevaux, 16 février 2018