Notice: Array to string conversion in /home/philippeahi/www/wp-content/plugins/custom-sidebars/inc/class-custom-sidebars-replacer.php on line 213

La Région monte sur ses grands chevaux

Article provenant du média Anjou Agricole du 16 février 2018

Une “journée cheval” a été organisée vendredi 9 février dans les secteurs de Pouancé et du Lion-d’Angers entre des acteurs de la filière cheval en Maine-et-Loire, le député Philippe Bolo et le vice-président en charge de la question au Conseil régional des Pays-de-la-Loire, Éric Touron.

« Cette journée a permis de m’apporter une vision plus fine et plus précise de la filière équine sur ma circonscription, dons toute sa dimension », explique Philippe Bolo, député de Maine-et-Loire. Durant toute la journée du vendredi 9 février, le député est ainsi allé à la rencontre des principaux acteurs de la filière. C’est ainsi que les courses, la formation, l’élevage et le sport équestre ont été représentés. L’objectif ? « Mieux comprendre la filière, qui a un réel poids économique, qui présente des débouchés concrets en termes d’emploi, et qui continue de développer des perspectives ». Éric Touron, vice-président en charge du dossier équin au Conseil régional, abonde dans ce sens : « c’est une filière pleine de richesses, mais elle est aussi diffuse, peu visible et peu structurée. Il faut prendre du temps pour bien comprendre son fonctionnement et ainsi pouvoir la valoriser. Car c’est un fait : c’est un enjeu majeur pour l’économie locale et une source d’attractivité du territoire ».

Un temps d’échange avec les membres du bureau du Comité régional d’équitation (Cre) des Pays-de-la-Loire, organisation chargée d’animer les sports équestres au niveau régional, a conclu la journée. « Le Cre est comme un organe déconcentré de la Fédération française d’équitotion », explique le président, Patrice Chateau. « Nous attendons de la Région une plus gronde visibilité, tant auprès des privés que des collectivités. Celles-ci devraient aussi soutenir l’organisation d’évènements nationaux ou internationaux, en favorisant l’ouverture de structures publiques,
comme les parcs des expositions par exemple, pour appuyer une dynamique qui favoriserait l’ensemble de la filière, à commencer par les éleveurs ». Le député Bolo, en conclusion des échanges, a invité les acteurs présents à solliciter le groupe d’études Cheval de l’Assemblée nationale. « La présidente, Martine Leguille-Balloy, est en plus originaire de la région. Se faire connaître, c’est sensibiliser à ses problématiques. Tout commence par là. D’autant que les revendications de la filière amènent des considérations sur la gestion et la préservation du patrimoine, mais aussi sur l’aménagement des territoires ».