Notice: Array to string conversion in /home/philippeahi/www/wp-content/plugins/custom-sidebars/inc/class-custom-sidebars-replacer.php on line 213

A la mission locale, les jeunes s’investissent

Article provenant du média Courrier de l'Ouest du 7 décembre 2017

À la Mission locale, les jeunes s’investissent

Lundi matin, le député de la 7e circonscription d’Angers – Segré, Philippe Bolo, et Catherine suppléante de Matthieu Orphelin député de la 1e circonscription, ont été reçus à la Mission locale de Segré.

Le directeur et la présidente de la structure locale, Farnck Edon et MArie-Ange Fouchereau ont présenté les locaux aux deux responsables politiques. Trouver un emploi, un contrat d’apprentissage, une mission d’intérim, un job d’été, ou un travail saisonnier, est souvent une vraie galère pour bon nombre de jeunes. C’est pourquoi l’occasion était donnée à Lucas, Florian et Amaury, âgés respectivement de 19, 18 et 17 ans, faisant partie d’un groupe de 36 jeunes âgés entre 16 et 25 ans, dans le cadre du dispositif Garantie Jeunes, de rencontrer, d’échanger et de dialoguer avec les deux législateurs.
Résidant au Lion-d’Angers, Lucas a expliqué les problématiques qu’il a pu rencontrer et surtout le côté positif au sein de la Mission locale. “Grace à ce dispositif Garantie Jeunes, je vais pouvoir passer mon permis de conduire, ce qui facilitera mes déplacements pour un futur emploi. Ici nous apprenons des bases essentielles, comme le savoir travailler ensemble, tout en respectant les horaires et les tenues à porter. Nous réalisons des stages en entreprises et visitons différentes sociétés.

Philippe Bolo et Catherine Amiel ont salué ‘le volontarisme de ces jeunes et le travail de la Mission locale’ Avec cet échange nous constatons qu’ils se donnent les moyens du succès. La Garantie Jeunes permet de saisir les clés de la réussite, tout en apprenant dans une dynamique collective. C’est un tremplin, pour ne pas basculer dans l’exclusion’. Le député de Segré et la suppléante de Matthieu Orphelin ont rappelé que “les contrats aidés n’étaient pas annulés, mais repensés avec des dispositifs d’accompagnements différents”.